Le jour où mon chemin à croisé Steve Jobs..

C’était en juillet 1998, je reçois un coup de fil de mon ami Achille Berès, qui était au marketing d’Apple.

Steve Jobs a quelques semaines plus tôt dévoilé l’iMac (le tout premier). l’iMac comporte un modem interne (33,6kbps), et un système d’abonnement à internet intégré particulièrement novateur (même si c’est une techno d’Internet Explorer / Microsoft à la base) : on peut s’abonner en quelques secondes au fournisseur internet de son choix, en ligne. L’assistant de connexion internet de l’iMac compose le numéro du point d’accès, affiche des pages spécifiques hébergées chez le fournisseur, qui prend en charge la création du compte, débit carte bancaire, etc. Les données du compte PPP sont envoyées par le fournisseur d’accès, et le compte est automatiquement configuré sur l’iMac : simple et radical.

En 1998, c’était totalement impensable de pouvoir s’abonner ainsi immédiatement. Il fallait commander un kit de connexion, fournir ses coordonnées bancaire, attendre la poste, installer les logiciels, essayer de les configurer, contacter la hotline injoignable (et surtaxée à mort), etc.

Le génie de Steve Jobs était déjà en pleine action.

Achille m’indique qu’Apple est à la recherche de fournisseurs d’accès en France, capables de proposer des abonnements France entière et désireux d’être préconfigurés dans tous les iMacs qui seront vendus.

Il rajoute que Wanadoo et Club Internet, ne sont pas très réactifs pour l’instant, pour ne pas dire mous comme un caramel sur la lunette arrière d’une voiture garée sur un parking en Espagne.. Il faut dire qu’à l’époque, Apple n’a pas l’aura d’aujourd’hui, elle commence tout juste à sortir d’une période difficile, et l’iMac par qui le changement arrivera n’est en fait pas encore annoncé en Europe, et pas disponible outre atlantique ou il commencera à être livré en aout.

Ayant passé quelques années dans la division Newton d’Apple et ayant gardé des bonnes relations dans la compagnie fruitière, PacWan (un des tous premiers fournisseur d’accès internet que j’ai fondé en 1992) est naturellement retenu pour monter une maquette du système de signup automatique pour le futur iMac. On signe un accord de confidentialité très restrictif, et nous recevons quelques jours plus tard un prototype de cet iMac dans nos bureaux d’Aix-en-Provence. Le tout premier mettant les pieds en Europe.

L’iMac bien qu’étant un prototype est magnifique dans les moindre détails :

  • Il est translucide “bondi blue” on retrouvera ce concept partout dans les années suivantes, même des fers à repasser seront bleu acidulé.
  • Le câble secteur est également translucide bleuté et on aperçoit les câbles à l’intérieur
  • La boule de la souris (point de laser à l’époque) est bicolore, on la voit tourner à travers la souris, qui est également transparente. Cette dernière n’est – il faut être objectif – très pratique à cause de sa forme parfaitement ronde.
  • Les connecteurs sont planqués sur le coté derrière une jolie trappe qui possède des passe câbles.
  • Le clavier est translucide, fin, possède deux reports USB, de chaque coté.
  • Il n’y à pas de lecteur de disquettes
  • Il est un peu taggé “Property of Apple Computer” et “EVT”, logique.
  • Une poignée permet de le transporter (facilement), comme le mac original, mais il est beaucoup plus lourd.
  • Le clavier comme le mac possèdent un petit pied escamotable permettant de légèrement les relever
  • Le ventilateur est bruyant… mais des modèles sans ventilateur sortiront par la suite.

En moins d’une semaine, nous développons un signup automatique, fonctionnant sur l’iMac de présérie, et permettant de s’abonner en quelques secondes. L’opération est finalement assez simple et comporte :

  • Un fichier de configuration et graphismes coté iMac, pour l’Assistant de Connexion Internet.
  • Une série de pages web spécifiques sur notre serveur web
  • La programmation d’une liaison avec le serveur d’authentification radius afin de rajouter en temps réel les droits d’accès france entière aux nouveaux abonnés.
  • Une gestion du hashcoding de vérification des numéros de carte de crédit (a cette époque il n’existait pas vraiment de paiment électronique via un tiers de confiance, mais nous vérifions quand meme que les numéros de carte étaient “cohérents”)
  • Une access-list spécifique pour restreindre les connexions du signup au seul service d’enregistrement (des petits malins tenteront d’utiliser le compte unique de signup pour surfer gratuitement, sans succès, du coup)
  • Des “wildcards” spécifiques sur le nom et le prénom pour qu’Apple puisse faire ses tests de validation sans devoir débiter une carte de crédit à chaque fois
  • Une connexion automatique avec notre back office afin de supprimer les contraires de resaisie, etc.
Apple est bluffé par notre réactivité sur ce projet (les deux autres cocos parlent de plusieurs mois/homme pour développer le truc…) et Achille nous propose après validation par Steve et son équipe d’être retenu comme fournisseur intégré dans l’iMac lorsqu’il sera livré en France. Nous serons préinstallés en usine à l’intérieur de MacOS pour tous les iMacs vendus en France. PacWan est également retenu pour les démonstrations du système d’abonnement automatique lors de l’Apple Expo 98 qui se tient quelques semaines (les deux autres n’ont pas avancé, leur signup automatique est très loin de fonctionner, ils sont toujours aussi mous…).
Nous effectuons dans les semaines suivantes une quantité très importante de tests, car il est totalement impensable de foirer la démonstration de la keynote et les démos des 10 jours d’Apple Expo (une démo toute les demi heure, 8 heures par jour, devant des milliers de personnes..)

Apple Expo 1998 Paris arrive, nos deux confrères n’ont toujours rien fait, leur signup automatique ne marche pas (et pour dire crûment : s’en foutent un peu d’Apple). C’est donc PacWan qui comme prévu truste toutes les démos de ce système lors de l’Apple Expo. Nous passons même (très furtivement) au journal sur TF1. J’ai encore la cassette VHS (mais plus de lecteur pour la numériser).

“on” me dira plus tard que “certains” autres fournisseurs d’accès étaient… vert écarlate !!! Ils finiront par terminer leur signup qui sera finalement inclus et fonctionnel dans la version livrée de l’iMac.

Ce jour que je n’oublierai pas, mon chemin à croisé Steve Jobs. Steve qui avait déjà bouleversé ma vie depuis mon tout premier Apple II+, presque 20 ans plus tôt.

Aujourd’hui, il n’est plus là et je me souviens encore de son “Thank you, you did a terrific job with the signup.”, de cette poignée de main franche et sincère et de cette minute (ou peut être deux) d’échange. Il était convaincu que l’internet allait tout changer, mais sans doute ne se doutait il pas encore de tout ce que, lui, ferait pour cela.

Trois ans plus tard, Steve lançait l’iPod, Apple rachetait SoundJam qui devint iTunes 1.0…

Bon voyage Steve, tu nous manques déjà.

En gallerie, une série de photos de l’apple expo 1998 illustrant l’article

 

This entry was posted in apple, opérateurs and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

12 + 18 =